Les mots fleurissent pour l’exposition « Oser se dire »

Pour cette 10e édition du mois de la femme, j’ai le plaisir de participer à une exposition thématique organisée par le Collectif sortie 76 durant tout le mois de mars au Mouton noir à Val David.

Dans le contexte actuel où la parole des femmes est plus que jamais mise de l’avant, nous souhaitons souligner par des œuvres visuelles positives, cette réalité historique. Colère, indignation, joie, humour, fierté, plaisir, honte, sensualité, ne sont que quelques émotions ou aspects de leur vie qu’aujourd’hui les femmes ÔSENT exprimer. ÔSER se dire demande de l’audace, de la confiance mais aussi l’appui d’une écoute active. Source: Exposition Oser se dire sur Facebook.

Offrir les mots qui fleurissent I et II 15X30 pouces chacune Acrylique et techniques mixte sur toile Kim Durocher 2018

Texte accompagnement 
Exposition « Oser se dire »

Nous sommes ces bouches qui ne s’ouvrent pas facilement. Celles qui murmurent à peine toutes les peines que les ventres ordonnent de crier.

Nous sommes ces bouches qui refusent de parler. Par peur de dire, d’oser, de déranger, de contrarier. De vraies tombes, nous restons toujours fermées.

Nous l’entendons pourtant le ventre gronder. Nous écoutons les mots se fracasser, les idées s’affronter, les maux déborder. Si seulement nous consentions s’entrouvrir pour les laisser passer. Mais, les dents serrées, nous ordonnons au nez de respirer et, en vain, tentons de convaincre le ventre de s’apaiser.

Le corps entier nous en en veut d’être si entêté. À cause de nous, il menace à tout moment d’exploser. Grâce à moi, cette bouche scellée, tous les organes s’unissent pour trouver comment se libérer.

Ce sont les mains qui ont pris les choses en main. Elles ont écouté le cœur, le ventre et la tête. Elles ont écrit, modelé, dessiné, peint, brodé, fabriqué. Elles ont dit ce que j’aurais voulu dire sans savoir ni comment, ni par où commencer. Les mains nous ont tous sauvés.

Je les admire ces mains, d’être si habile à se raconter. Avec le temps, elles et moi sommes un peu devenus des alliés. Si j’avais su aisément parler, les mains seraient sans doute restées immobiles. C’est sans doute grâce aux lèvres restées scellées que le corps entier à appris à s’exprimer.

Aujourd’hui ce sont encore ces mains qui parlent. Qui disent les peurs, les joies, les tout, les riens. Elles offrent les mots qui apaisent les maux. Grace aux mains qui ont ouvert le chemin, nous sommes les bouches qui sèment les graines des syllabes qui feront fleurir les phrases de demain.

DÉTAIL Offrir les mots qui fleurissent I et II 15X30 pouces chacune Acrylique et techniques mixte sur toile Kim Durocher 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s